Et si on parlait boîtes, cases et moules ?

Dans la vraie vie, comme l’a dit une sagesse profonde, « plus vous essayez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte ».

Quand j’ai lu cette phrase mon cerveau s’est comme stoppé net, d’un coup. Comme si jusqu’a présent il n’avait fait que courir sans prendre le temps de réfléchir.
Cette phrase, je l’ai lue dans le livre d’Idriss ABERKANE dont le titre est « Libérez votre cerveau ! Traité de neurosagesse pour changer l’école et la société ».

Pour le présenter très rapidement, Idriss ABERKANE est un penseur et un génie de notre époque. Il est titulaire de trois doctorats (Ecole Polytechnique Université Paris Saclay (2016), Université de Strasbourg (2014) et Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques de Paris (accrédité ASIC) CEDS (2013)), également éditorialiste, conférencier sur quatre continents, consultant international, enseignant, ingénieur de recherches et j’en passe … et il est né en 1986.
Je l’ai surtout découvert grace à YouTube qui permet de voir ses conférences que je conseille vraiment. Je ne suis pas forcément d’accord sur tout mais ça fait réfléchir (https://youtu.be/ibIjlXSagME ; https://youtu.be/pqM1au_-oWc ; https://youtu.be/soW2xQwl30I).
Idriss ABERKANE a plusieurs messages, tous très intéressants. Mais aujourd’hui je voudrais surtout parler de ce qu’il considère comme un des mensonges majeurs que la révolution industrielle nous a laissé : produire ou s’épanouir, il faut choisir. Cette idée implantée dès la naissance dans notre esprit selon laquelle travailler était forcément pénible, dur, et surtout pas une source d’épanouissement. Car l’épanouissement ça n’est pas productif et ça ne rapporte pas d’argent. D’ailleurs, quand on choisit les études que l’on souhaite faire et le métier que l’on souhaite exercer, combien d’entre nous font ce choix en fonction de ce qui les rend épanouis et heureux ? Et combien d’entre nous choisissent leur travail parce qu’il permettra d’avoir une situation stable et un revenu sécurisant ? L’épanouissement lui, proviendra des hobbys, de ce que l’on fera sur notre temps libre… Du coup, en dehors de ces temps libres, ce sont les temps « non libres » ? On passe alors, en moyenne, 5 jours par semaine à attendre encore et encore. On attend les 2 jours de weekend (ou repos) que l’on va avoir.
Pour paraphraser Edgar MORIN (penseur, sociologue et philosophe français) lui même cité par Idriss ABERKANE c’est « la résignation à l’emmerdement » et selon lui c’est « un des premiers acquis de l’éducation ».
On travaille dur à l’école pour avoir le plus de choix possibles plus tard, puis on fait ce choix et on travaille dur, à nouveau, pour avoir de l’argent et en profiter plus tard. Quand ? On ne sait pas, mais plus tard, si un jour ce plus tard arrive. Et on se dit que c’est tout à fait normal, car on nous a expliqué que c’était la vie. Donc on a fini par rentrer dans sa boite, sa case ou son moule et tout devrait aller bien.
Mais, si l’on n‘est pas épanoui dans son activité, on se rend compte que ça cloche et qu’elle n’est pas très confortable cette boîte.

Et si on réalisait que tout cela n’était pas normal, que « produire ou s’épanouir » il n’y avait pas à choisir ? Idriss ABERKANE considère que tout homme productif n’est pas forcément épanoui (vu le nombre croissant de burn out et suicide on ne saurait le contredire), mais que tout homme épanoui est forcément productif car il aime ce qu’il fait. Steve Jobs lui disait : « La seule façon de faire du bon travail est d’aimer ce que vous faites. Si vous n’avez pas encore trouvé, continuez à chercher ».
En commençant à penser par moi-même, sans les filtres et imprégnations du passé, je crois que c’est ça, la vérité. Je pense que nous avons tous quelque chose de particulier, un domaine dans lequel on s’épanouit et dans lequel on est particulièrement bon. Quelque chose à apporter aux autres et qui peut nous rémunérer. Pour moi ça sonne bien plus juste que ce « boulot-métro-dodo-et si tu as de la chance et pas de cancer tu auras une retraite suffisante pour profiter des derniers instants de ta vie ».
On peut avoir plus que ça, et je pense que le monde et la vie c’est bien plus que ça. Alors, qu’est-ce qui vous rend épanouis ? Et si on sortait de nos cases …

commentaires

  1. Petite prise de conscience en lisant l’article. Nous n’avons pas tous la chance de vivre de notre/nos passions, c’est un fait. Mais ton article, perso, m’appelle à provoquer cette chance. Il ne s’agit peut-être pas de tout envoyer balader pour commencer une nouvelle vie, mais en tout cas laisser tomber certaines de mes craintes et profiter un maximum du temps que j’ai, pour vivre, expérimenter, explorer, tester, goûter, voir … un maximum de chose !!

    J'aime

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi, nous n’avons pas tous la chance de vivre de quelque chose qui nous passionne malheureusement. Mais comme tu dis, la chance ça se provoque aussi. Je pense vraiment que nous pouvons tous atteindre ce but et être justement bien plus productif ! Je suis contente que l’article t’ait plu et qu’il ait peut être réveillé une petite étincelle !

      J'aime

  2. Super produits maman chaton.
    Un peu cher le shampoing mais bon, il faut ce qu’il faut pour nos cheveux lol.
    Je conseil également l’huile de chez l Oréal cest une pure merveille, avant ou après le séchage ou le lissage. Vous pouvez aussi en mettre sur cheveux mouillés.

    Super article er ton lisser GHD me donne envie de l acheter haha ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s